Regarder les structures avant de rénover sa maison

La chose la plus importante n’est pas tant que chaque enfant reçoive un enseignement, mais que chaque enfant reçoive le désir d’apprendre. Qu’importe si l’élève en sait un peu plus ou un peu moins?
Un garçon qui sort de l’école en sachant beaucoup, mais qui déteste ses leçons, aura bientôt oublié presque tout ce qu’il a appris. 
Tandis qu’un autre qui a acquis la soif de savoir, même s’il a peu appris, en saura bientôt plus que le premier.
John Lubbock (1890, The Pleasures of Life)

culture_societe

 

Ce texte marque mon retour à la parole écrite…  après quatre années d’absence.

Préambule

Je fais partie du groupe Les 100, un collectif de cent personnes constitué à la demande de Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation dans le gouvernement de Philippe Couillard. Il s’agit de cent pédagogues reconnus pour leur capacité à innover, à faire bouger des choses. Ce sont des gens que je connais pour la plupart et que j’ai eu la chance de côtoyer à un moment ou à un autre lorsque j’étais conseiller pédagogique. Ce sont également toutes des personnes qui se battent pour une école contemporaine, adaptée à notre époque, adaptée à nos jeunes (ces jeunes qu’on dit si différents  par rapport à l’époque où j’enseignais, mais qui restent fondamentalement des êtres humains qui ont les mêmes besoins que les élèves des générations précédentes). Il ont besoin d’être reconnus et encouragés, de se sentir valorisés d’une façon ou d’une autre et surtout de pouvoir croire que leur implication va servir à quelque chose.

Je dois également avouer que je suis perplexe face aux attentes du ministre envers le groupe des 100. Je suis également pas mal déstabilisé face à l’annonce très médiatisée qu’il avait recruté trois vedettes pour repenser l’école.

L’école ne devrait-elle pas être repensée par ses acteurs plutôt que par des vedettes? Continuer la lecture

Publié dans Culture et société, En bref | Marqué avec | 3 commentaires

Le mot compétence… en technicolor

«… la clé de voûte devrait être l’incertitude, vue comme un principe d’ordonnancement des pratiques pédagogiques visant à donner des clés de compréhension et d’action pour mener une recherche d’information dans un environnement complexe.»1
Anne Cordier

Il y a quelques jours, j’écoutais les propos (à 6:00 sur la plage de lecture) du docteur Marc Zaffran2 MD, à l’émission Médium large, animée par Catherine Perrin. Il réfléchissait tout haut sur la responsabilité professionnelle d’un médecin (en lien avec la prescription de médicaments). Je n’ai pu m’empêcher de faire des liens avec le métier d’enseignant puis, avec  les six chapeaux d’Edward de Bono . Continuer la lecture

Publié dans Communautés d'apprenants | 3 commentaires

L’enseignant compressé

«La question du statut de l’enseignant a aussi été soulignée, avec le contraste de la Finlande (encore elle) qui peut choisir le meilleur professeur parmi une moyenne de 8 candidats pour un poste libéré, et la France où l’on est enseignant parce qu’on n’a pas pu être avocat ou médecin (je caricature et je provoque, mais l’idée est là). Pourquoi la société aime-t-elle si peu ses enseignants, alors qu’on a tous le souvenir d’un enseignant qu’on a adoré ? Est-ce seulement un problème de personnes, ou de compétences ?»1


L’olive, lorsque compressée, donne une huile savoureuse. La farine et l’eau, lorsque compressées, donnent le seitan qui peut être apprêté de façons variées. L’air lorsque comprimé, donne au plongeur la possibilité de respirer sous l’eau. Mais, que donne un enseignant compressé? Les risques sont grands pour que ça génère un être malheureux qui se sent coincé dans ce qu’il fait. L’efficacité est grandement liée à l’affectif, au «plaisir de faire». Le seul problème c’est qu’actuellement les enseignants sont aux prises avec tellement de contraintes administratives et d’exigences pseudopédagogiques liées aux performances académiques  qu’il n’ont plus de place ni de temps pour enseigner de façon agréable et intéressante. Continuer la lecture

Publié dans Culture et société | Marqué avec | 3 commentaires

Saccades oculaires, lecture en contexte numérique et plaisir de lire

Une saccade oculaire est un bref et rapide mouvement des yeux entre deux positions stables (vitesse variant de 400 à 800°/s et durée inférieure à 50 ms)
Wikipedia

Plusieurs personnes dans les commissions scolaires du Québec explorent présentement le potentiel de la tablette numérique afin de déterminer quelle est la valeur ajoutée d’un tel outil en classe.

Du côté des services des technologies de l’information et des communications, on regarde les appareils en terme de compatibilité avec les technologies existantes  et aussi en terme de rapport qualité/prix (performance du processeur, espace de sauvegarde, durée de la batterie, qualité de l’affichage…).

Du côté des services éducatifs, les conseillers et conseillères pédagogiques essaient de voir ce qui pourrait être fait sur le plan pédagogique avec ces nouveaux outils (consultation, création, remixage, partage et apprentissage de connaissances académiques) en lien avec la discipline qui les intéresse. Continuer la lecture

Publié dans Médias | Marqué avec | 8 commentaires

Apprentissage par enquête et Pédagogie inversée

«C’est le rôle de la prospective que de ne pas minimiser les tensions et les dangers futurs
au nom d’un optimisme de convention. Mais l’anticipation se veut aussi une incitation à l’action.
En cela, elle ne saurait non plus céder au pessimisme.»
Vers les sociétés du savoir, Rapport mondial de l’UNESCO, 2005

Dernièrement, une personne dans mon entourage professionnel m’a fait grandement réfléchir à propos de la grande importance que l’on accorde en éducation au spécialiste, à l’expert à qui on accorde le monopole du savoir. On aura pu constater, il y a quelques mois, dans le cadre du débrayage des étudiants, à quel point cette notion est aussi amplement ancrée dans le paysage médiatique. En effet, combien de fois a-t-on lu ou entendu des journalistes et des animateurs dire : «donner des cours», «assister à des cours», «manquer des cours». Comme si le savoir du prof était la seule source du Savoir, le seul gage de réussite, comme s’il était le seul détenteur de la science qui mène aux apprentissages réussis.  Ceci m’a porté à me demander quel impact cette perception répandue avait dans la salle de classe. Continuer la lecture

Publié dans Communautés d'apprenants | 97 commentaires