Les loups rôdent

Au début des années 30, au pire de la grande crise économique, lorsque les gens tapissaient leurs murs avec des Deutsche Mark tellement ces billets avaient perdu de valeur, des gens bien disciplinés se sont levés pour montrer au monde qu’eux, ils étaient sérieux, qu’ils étaient les seuls pour ramener le peuple dans la droiture et le bon chemin et qu’ils allaient chasser les indésirables. Ils manifestaient de façon ordonnée et étaient engagés à défendre les opprimés contre les idéologies de la gauche communiste violente et contre certains individus dangereux qu’ils avaient ciblés et étiquetés. Il y avait une catégorie de gens en particulier, ceux-là, ils les considéraient comme des sous-humains.

Ça vous rappelle quelque chose ? Moi, si! Deux choses mêmes.

Continuer la lecture

Publié dans En bref | Laisser un commentaire

Je suis las

La médisance irrite les hommes et ne les corrige pas.
Nicolas Machiavel


Je suis las de voir des gens commenter les larmes du premier ministre du Canada. Pour moi, c’est une réaction futile.

J’ai plutôt le goût de centrer mon attention sur toutes les promesses électorales qu’un gouvernement laisse vite tomber après une victoire. Je milite pour que les gouvernements soient  tenus de respecter leurs engagements, peu importe le niveau de gouvernance. Continuer la lecture

Publié dans En bref, États d'âme | Laisser un commentaire

De… à… en passant par… pour revenir à de

«L’éducation est un processus naturel effectué par l’enfant. Ce processus n’est pas acquis
par l’écoute d’un discours mais par des expériences avec son environnement.»
Maria Montessori

Passer du MEQ au MEES en passant par le MELS,
ou, comment diluer l’importance du E de éducation.

De Marois à Proulx en passant par trop de ministres… combien déjà ?

Des théories de Piaget aux théories de Hattie en passant par Papert.
De Vygotsky à Barth en passant par Bruner.
Les idées modernes circulent, l’application de ces idées, moins. Continuer la lecture

Publié dans Communautés d'apprenants, En bref | 3 commentaires

Good people on both sides? Really?

«Nantel ne fait que renforcer les préjugés les plus tenaces et les idées les plus laides qui circulent dans notre société. L’humour n’a pas à devenir un autre rempart de la violence sexiste.»
Alice Paquet


Ce matin, sur ma page Facebook, j’ai reçu le commentaire suivant après avoir affiché le message d’Alice Paquet à Guy Natel.

a
André, pour être honnête intellectuellement, je pense qu’il faudrait aussi republier la réponse de Nantel, pas seulement le post de Paquet.

Alors, voici ma réponse à ce contact Facebook : Continuer la lecture

Publié dans En bref, États d'âme | Laisser un commentaire

Le jeu de rôles en classe – Faire vibrer les élèves

«Le jeu de rôle n’a pas pour seul objet d’éviter des leçons qui risquent d’être passives, voire ennuyeuses ou répétitives (le professeur est souvent débordé ou ennuyé de se répéter), mais également de rendre vivants la matière, le temps, l’époque, les lieux, la culture d’un pays étranger, ou d’une époque révolue permettant ainsi une pédagogie active, une meilleure mémorisation et une intégration des données.»
Anne Ancelin-Schützenberger, Le jeu de rôle : Connaissance du problème, p.61

Les humains aiment qu’on leur raconte des histoires fantastiques. Depuis les épopées de chasse retrouvées sur les murs des grottes de Lascaux à la chanson de Roland, en passant par l’Illiade et l’Odyssée, la littérature orale a  fait l’éloge des gestes héroïques. Avec l’arrivée des presses à imprimer et plus tard avec l’accès à des bibliothèques publiques, les contes oraux ont cédé progressivement la place à des romans. Ainsi, les livres sont devenus accessible à un plus grand nombre. Une multitude de lecteurs ont pu se projeter dans l’univers que leur offraient des auteurs. C’est toute la magie de la littérature! Les romans d’Alexandre Dumas et de Victor Hugo ont contribué à l’essor de l’épopée et du fantastique de façon remarquable. Depuis une quinzaine d’années, la littérature jeunesse axée sur le fantastique est venue enrichir l’imaginaire des jeunes avec ses chimères et ses fées, ses chevaliers et ses magiciens, ses héros et ses vilains. Bryan Perro avec Amos d’Aragon, Anne Robillard avec les Chevaliers d’Émeraude et surtout  la prolifique J. K. Rowling avec Harry Potter, tous ont séduit les jeunes avec des romans d’épopée fantastique (dont le niveau de résistance est variable) qui  permettent de pénétrer dans des univers oniriques fertiles en émotions. Le mot clé à retenir ici est émotions. Continuer la lecture

Publié dans Communautés d'apprenants | Marqué avec , , , | 5 commentaires