Le jeu de rôles en classe – Faire vibrer les élèves

«Le jeu de rôle n’a pas pour seul objet d’éviter des leçons qui risquent d’être passives, voire ennuyeuses ou répétitives (le professeur est souvent débordé ou ennuyé de se répéter), mais également de rendre vivants la matière, le temps, l’époque, les lieux, la culture d’un pays étranger, ou d’une époque révolue permettant ainsi une pédagogie active, une meilleure mémorisation et une intégration des données.»
Anne Ancelin-Schützenberger, Le jeu de rôle : Connaissance du problème, p.61

Les humains aiment qu’on leur raconte des histoires fantastiques. Depuis les épopées de chasse retrouvées sur les murs des grottes de Lascaux à la chanson de Roland, en passant par l’Illiade et l’Odyssée, la littérature orale a  fait l’éloge des gestes héroïques. Avec l’arrivée des presses à imprimer et plus tard avec l’accès à des bibliothèques publiques, les contes oraux ont cédé progressivement la place à des romans. Ainsi, les livres sont devenus accessible à un plus grand nombre. Une multitude de lecteurs ont pu se projeter dans l’univers que leur offraient des auteurs. C’est toute la magie de la littérature! Les romans d’Alexandre Dumas et de Victor Hugo ont contribué à l’essor de l’épopée et du fantastique de façon remarquable. Depuis une quinzaine d’années, la littérature jeunesse axée sur le fantastique est venue enrichir l’imaginaire des jeunes avec ses chimères et ses fées, ses chevaliers et ses magiciens, ses héros et ses vilains. Bryan Perro avec Amos d’Aragon, Anne Robillard avec les Chevaliers d’Émeraude et surtout  la prolifique J. K. Rowling avec Harry Potter, tous ont séduit les jeunes avec des romans d’épopée fantastique (dont le niveau de résistance est variable) qui  permettent de pénétrer dans des univers oniriques fertiles en émotions. Le mot clé à retenir ici est émotions. Continuer la lecture

Publié dans Communautés d'apprenants | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Hommage à mes parents

Les enfants commencent par aimer leurs parents;
devenus grands, ils les jugent; quelquefois, ils leur pardonnent.
Oscar Wilde

Un hommage à Lionel et à Nany

Papa et maman au chalet en 1949.

Mon papa se prénommait Lionel. La plupart de ses amis et aussi ma mère l’appelaient Nel.

Ma maman se prénommait Rose-Anna. Elle n’aimait vraiment pas son prénom. Ses amis, sa fratrie et plus tard ses deux petits-fils la surnommaient Nanny. Mon père, pour sa part, l’a toujours appelée Nan.

J’ai eu aujourd’hui une pensée particulière pour eux. Il ne s’agit pas d’une nostalgie du temps passé ni d’un anniversaire particulier, juste d’une simple réflexion sur eux comme parents. Sur ce qu’ils m’ont apporté de positif dans la vie.

Parfois, lorsque nous pensons au passé, ce sont les sources de conflit ou d’incompréhension qui remontent. Mais, cette fois-ci, ma pensée était plutôt orientée sur l’influence positive qu’ils ont pu avoir dans ma vie. Continuer la lecture

Publié dans En bref, États d'âme | Laisser un commentaire

La semaine des directions d’école 

 C‘est la semaine des directions d’école.
Autrefois, il y avait un enseignant principal (principal teacher) dans chaque école. Son rôle premier était d’être un leader pédagogique. Il devait focaliser sur les enseignants et sur les élèves.
Puis, il y a eu le directeur d’école (et progressivement des directrices) à qui l’on demandait de veiller sur les profs et les élèves et de s’occuper des murs de l’édifice dont il était responsable.

Maintenant, nous avons des directions d’établissements. Un titre qui vient avec une myriade de responsabilités trop souvent plus administratives que pédagogiques.

Le rôle de direction a été détourné par notre système d’éducation.

J’ai une admiration infinie pour tous ceux et pour toutes celles (et j’en connais plusieurs) qui parviennent à garder la tête au-dessus de l’eau et à rester d’abord et avant tout centrés sur l’acte pédagogique.

Je suis reconnaissant envers vous tous ! Je vous remercie pour votre courage et pour votre grand dévouement !

Bonne semaine !

Publié dans Communautés d'apprenants, En bref | Laisser un commentaire

Vous avez dit que vous vouliez défouler ?

I’m Mad as Hell and I’m not Going to Take it Anymore!
Howard Beale, extrait du film Network, 1976

mediasNous vivons souvent des moments où nous trouvons que ce qui se passe autour de nous dépasse les bornes. Nous nous sentons indignés par des événements, par des propos, par des attitudes.

De nos jours, plus personne ne se gêne pour le laisser savoir. Continuer la lecture

Publié dans En bref, Médias | Marqué avec , , | 2 commentaires

Regarder les structures avant de rénover sa maison

La chose la plus importante n’est pas tant que chaque enfant reçoive un enseignement, mais que chaque enfant reçoive le désir d’apprendre. Qu’importe si l’élève en sait un peu plus ou un peu moins?
Un garçon qui sort de l’école en sachant beaucoup, mais qui déteste ses leçons, aura bientôt oublié presque tout ce qu’il a appris. 
Tandis qu’un autre qui a acquis la soif de savoir, même s’il a peu appris, en saura bientôt plus que le premier.
John Lubbock (1890, The Pleasures of Life)

culture_societe

 

Ce texte marque mon retour à la parole écrite…  après quatre années d’absence.

Préambule

Je fais partie du groupe Les 100, un collectif de cent personnes constitué à la demande de Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation dans le gouvernement de Philippe Couillard. Il s’agit de cent pédagogues reconnus pour leur capacité à innover, à faire bouger des choses. Ce sont des gens que je connais pour la plupart et que j’ai eu la chance de côtoyer à un moment ou à un autre lorsque j’étais conseiller pédagogique. Ce sont également toutes des personnes qui se battent pour une école contemporaine, adaptée à notre époque, adaptée à nos jeunes (ces jeunes qu’on dit si différents  par rapport à l’époque où j’enseignais, mais qui restent fondamentalement des êtres humains qui ont les mêmes besoins que les élèves des générations précédentes). Il ont besoin d’être reconnus et encouragés, de se sentir valorisés d’une façon ou d’une autre et surtout de pouvoir croire que leur implication va servir à quelque chose.

Je dois également avouer que je suis perplexe face aux attentes du ministre envers le groupe des 100. Je suis également pas mal déstabilisé face à l’annonce très médiatisée qu’il avait recruté trois vedettes pour repenser l’école.

L’école ne devrait-elle pas être repensée par ses acteurs plutôt que par des vedettes? Continuer la lecture

Publié dans Culture et société, En bref | Marqué avec | 3 commentaires