Les jeux de rôle en temps de pandémie ?
Dragons et dulcinées, version COVID-19 !

What if education could be made into a role-playing game (RPG) where students played characters, completed quests, and earned experience points? The idea of turning education into a game has received much attention in the last few years. This concept is different from traditional forms of game-based learning, which focus on the benefits of embedding commercial games or so-called « serious games »–games designed to teach specific content–into learning environments, a practice that boasts countless examples, hundreds of research studies, and at least a half-dozen meta-analyses. Rather, it hinges upon the idea of turning the classroom itself–whether it be a traditional brick-and-mortar space or an online virtual space–into a game by revamping pedagogy and curricula to look and feel more like games. These efforts are part of a larger trend called « gamification. »
Francesco Crocco
The RPG Classroom: How Role-Playing Games Have Influenced the Gamification of Education1 2016

En 2017, j’avais publié un billet sur les jeux d’aventures, un sujet qui me tient à cœur. Aujourd’hui, je vous partage un entretien virtuel avec une enseignante qui utilise cette formule avec des élèves du secondaire depuis quelques années. Ce témoignage sera suivi d’une invitation.

Le jeux de rôles est une façon non conventionnelle ( et peu directive ) de faire faire des apprentissages à des élèves. Cette forme de jeu mise sur les apprentissages par enquêtes (Inquiery Based Learning) et sur la coopération entre les pairs plutôt que sur la compétition pour obtenir de bons scores ( j’utilise volontairement le mot score au lieu évaluation, car il est plus proche de la forme actuelle utilisée pour évaluer ).

Cette approche encourage l’enseignant.te à devenir un médiateur. Au Québec, le jeu de rôle en classe a fait ses preuves dans quelques écoles au primaire ( deuxième et troisième cycle ) ainsi qu’au collégial (Collège Jean-de-Brébeuf dans les années quatre-vingt ). Les jeux de rôles favorisent le développement du jugement critique et permettent d’apprendre à traiter l’information. Ils combinent littératie et littérarité. Ils sont particulièrement efficaces pour mobiliser l’énergie des garçons dans le cadre d’un cours de français.

Aujourd’hui, je vous partage un bref échange que j’ai eu plus tôt cette semaine  avec Claudine Paquet, une enseignante en 1re secondaire à l’école Sainte-Marie  située à Princeville dans la région des Bois-Francs. Depuis quelques années, Claudine utilise le jeu de rôles en classe.

Continuer la lecture

Publié dans Communautés d'apprenants, En bref | Laisser un commentaire

La liberté d’expression au temps des polémistes

Remarquez que, dans toute polémique,
une bonne moitié de la divergence des opinions provient de malentendus.
Émile Zola

Lorsqu’il s’agit de débats publics, tout est question de contexte et de perceptions. Il est rare que les faits soient pris en considération et que les propos restent objectifs.

Le contexte — lorsque l’adversaire devient l’ennemi*

Depuis quelques années, surtout avec la venue des médias sociaux, il semble que les débats tournent plus souvent autour de polémiques que d’analyses réfléchies, d’arguments et de contre arguments basés sur des fondements solides. Ce sont les tripes au lieu du cerveau qui guident nos propos. Nous utilisons alors les mots non pas pour convaincre judicieusement, mais pour faire passer notre idée à tout prix en ayant recours à des formules incendiaires, en prenant soin de ridiculiser autrui. Ainsi, on vise à réduire les idées de l’autre afin de faire valoir son point de vue. Les médias utilisent malheureusement de plus en plus cette formule (tirage et cotes d’écoute obligent) et les politiciens semblent l’avoir adopté sans songer aux conséquences et aux dérives. Continuer la lecture

Publié dans Culture et société, En bref | Laisser un commentaire

Les loups rôdent

Au début des années 30, au pire de la grande crise économique, lorsque les gens tapissaient leurs murs avec des Deutsche Mark tellement ces billets avaient perdu de valeur, des gens bien disciplinés se sont levés pour montrer au monde qu’eux, ils étaient sérieux, qu’ils étaient les seuls pour ramener le peuple dans la droiture et le bon chemin et qu’ils allaient chasser les indésirables. Ils manifestaient de façon ordonnée et étaient engagés à défendre les opprimés contre les idéologies de la gauche communiste violente et contre certains individus dangereux qu’ils avaient ciblés et étiquetés. Il y avait une catégorie de gens en particulier, ceux-là, ils les considéraient comme des sous-humains.

Ça vous rappelle quelque chose ? Moi, si! Deux choses mêmes.

Continuer la lecture

Publié dans En bref | Laisser un commentaire

Je suis las

La médisance irrite les hommes et ne les corrige pas.
Nicolas Machiavel


Je suis las de voir des gens commenter les larmes du premier ministre du Canada. Pour moi, c’est une réaction futile.

J’ai plutôt le goût de centrer mon attention sur toutes les promesses électorales qu’un gouvernement laisse vite tomber après une victoire. Je milite pour que les gouvernements soient  tenus de respecter leurs engagements, peu importe le niveau de gouvernance. Continuer la lecture

Publié dans En bref, États d'âme | Laisser un commentaire

De… à… en passant par… pour revenir à de

«L’éducation est un processus naturel effectué par l’enfant. Ce processus n’est pas acquis
par l’écoute d’un discours mais par des expériences avec son environnement.»
Maria Montessori

Passer du MEQ au MEES en passant par le MELS,
ou, comment diluer l’importance du E de éducation.

De Marois à Proulx en passant par trop de ministres… combien déjà ?

Des théories de Piaget aux théories de Hattie en passant par Papert.
De Vygotsky à Barth en passant par Bruner.
Les idées modernes circulent, l’application de ces idées, moins. Continuer la lecture

Publié dans Communautés d'apprenants, En bref | 3 commentaires