Les médias sociaux… pour en faire un atout dans le monde de l’éducation!

Le 14 novembre dernier, j’ai écouté Internet, Facebook et Twitter à l’école un reportage de Janic Tremblay à l’émission Les années lumière de la Première chaîne de Radio-Canada.

On y parle de la venue des médias sociaux dans les salles de classe. Pour une fois, on a réussi à éviter le piège du «déchirage de chemises» sur la place publique. En effet, le propos est plus nuancé. Il est vrai qu’on y présente les «contre».. mais on voit aussi qu’il y a eu un souci de se questionner avant d’envoyer le «méchant coupable» à l’échafaud.

Le reportage portait, dans sa première partie, sur les changements de comportements survenus au cours des dernières années chez les étudiants qui fréquentent l’université.

Les personnes interviewées nous ont donné un regard critique sur la diminution de l’attention en classe, sur les risques courus par les étudiants de perdre le fil du propos du maître et par conséquent, de ne plus être en mesure de comprendre l’objet de la leçon.

Dans une perspective d’enseignement transmissif, cela fait sens.

À mon sens, la question n’est pas de savoir si on laisse ou non les médias sociaux entrer en classe. Il faut plutôt se demander de quelle façon on les utilise pour être efficace. Il faut aussi se demander à quel moment il est plus indiqué de les utiliser et ceci, non dans une perspective réductrice et restrictive mais plutôt dans une optique de sensibilisation à un usage responsable.

Lorsque j’avais visité des classes du projet ProTIC à Québec il y a plusieurs années, j’avais remarqué que, lorsque l’enseignant était en mode transmissif, il demandait aux élèves de baisser le couvercle de leurs ordinateurs. Mais, à d’autres moments, où l’élève était en co-construction avec ses pairs, l’ordinateur était utilisé pour alimenter les discussions. De plus, à la maison, le soir, les élèves étaient encouragés à se mettre en réseau pour continuer à travailler en collaboration. Le réseautage social fait sens pour co-construire.

Dans la deuxième partie, on aborde la question des effets nocifs sur la mémoire. François Guité avait traité de cette question sur Guitef, son blogue personnel, en illustrant les avantages de la coopération en réseau  pour stimuler la mémoire.

Alors, quelles seraient les conditions idéales pour tirer profit de ces environnements? Pour leur assurer un place avantageuse lors d’apprentissages?

Il faut, dans un premier temps, éduquer à une éthique du comportement en lien avec l’utilisation de ces environnements pour parvenir à choisir les moments appropriés. Faire réaliser aux apprenants que les médias sociaux ça peut être aussi questionnant en contexte scolaire que les présentations de type «un devant tous»… quand on mange une seule chose, même un aliment nutritif, ça finit par être nuisible à la santé.

Dans un deuxième temps, il serait nécessaire de sensibiliser les élèves et les étudiants aux limites et aux avantages de ces environnements que je classerais en trois catégories :

  • les environnements de partage de l’information (delicious, Diigo, Netvibes…)
  • les environnements inter-personnels (les divers systèmes de messagerie, Facebook…)
  • les environnements à des fins de culture et de divertissement (IMDB, Babelio, Ping…)

Ces trois types d’environnement ont leur place en classe et les enseignants et professeurs devraient encourager leurs élèves et leurs étudiants à les utiliser dans une perspective d’apprentissage. De transformer la trivialité de l’usage facile des réseaux sociaux en éléments de créativité et de productivité. Il serait d’ailleurs intéressant de connaître vos propositions d’activités qui sollicitent le réseautage social dans cette perspective.

Avec la portabilité qui monte en flèche, le réseautage social n’est plus une option, c’est un impératif. À nous d’inciter les élèves et les étudiants à en faire un usage responsable.

Les Albertains le comprennent déjà… à nous d’en faire autant!

Ce contenu a été publié dans Communautés d'apprenants, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*